Comité de liaison (CLAN-R)

Michèle LAUMET-Le Massacre des Harkis

vendredi 12 août 2011
"Loin d’oublier ces temps abominables, il faut les remettre fréquemment sous nos yeux" (°)

Privés par les Accords d’Evian de la nationalité française (1), dépouillés de leurs armes, sans protection de l’armée française qui a reçu l’ordre express de ne pas intervenir pour leur porter secours, isolés dans leurs villages au sein d’une population souvent hostile, les harkis sont à la merci de l’ALN (Armée de Libération Nationale), dont les troupes qui étaient stationnées en Tunisie et au Maroc, entrent en Algérie, après l’intervention du cessez-le-feu du 19 mars 1962. En nombre et avec leurs armes.

Dans un premier temps, le nouveau pouvoir algérien alterne promesses d’amnistie et menaces. Puis les sévices, les assassinats, les enlèvements commencent, souvent du fait des "Marsiens", combattants de la 25ème heure qui veulent racheter leur passivité antérieure. Les harkis sont arrêtés et abattus.

En masse, lors des deux principales vagues de répression en été et en automne 1962. Quelquefois par unité entière, par village entier, par famille entière, les femmes et les enfants n’étant pas épargnés. Les massacres perpétrés sont d’une barbarie et d’une ampleur sans précédent.

L’HORREUR DES MASSACRES

Les supplices qui précédent la mort sont d’une cruauté inouïe et peuvent durer plusieurs heures, quelquefois plusieurs jours : corps ébouillantés, dépecés, enterrés ou brûlés vifs, énucléations, membres découpés en lanières et salés, anciens combattants contraints d’avaler leurs médailles avant d’être brûlés vifs dans le drapeau français....

Selon des témoignages rapportés par Camille Brière (2) "certains harkis furent crucifiés sur des portes, les yeux crevés, le nez et les oreilles coupés, la langue arrachée, systématiquement émasculés... D’autres furent dépecés vivants à la tenaille, leur chair palpitante jetée aux chiens... Quant aux familles, voici ce qui les attendait : des vieillards et des infirmes étaient égorgés, des femmes violées puis éventrées, des nourrissons, des jeunes enfants avaient la tête écrasée contre les murs sous les yeux de leur mère..."

Dans un compte-rendu destiné à sa hiérarchie, M. Robert, sous-préfet en poste à Akbou, arrondissement situé en Kabylie, dresse de façon précise et détaillée la chronique macabre des exactions - supplices, assassinats, enlèvements, viols collectifs, enfermement dans des camps - subies par les harkis et leurs familles dans sa circonscription après le cessez-le-feu du 19 mars 1962, jusqu’à la fin décembre 1962. Il note parmi les victimes "la proportion non négligeable de civils qui est de l’ordre d’un tiers, constitué d’élus de tous rangs, de chefs de villages, d’anciens combattants..." (3).

S’agissant d’un document officiel, établi par un haut fonctionnaire concernant des faits dont il a été amené à avoir connaissance dans l’exercice de ses fonctions, il ne peut être soupçonné d’exagération.

L’aspect cathartique des massacres est souligné par Mohand Hamoumou (4) : "la plupart furent humiliés et torturés publiquement, longuement avec un luxe de raffinement dans l’horreur. La mort était une délivrance, d’où la recherche de morts lentes pour faire durer l’expiation. Le supplice est destiné à rendre infâme celui qui en est la victime et à attester le triomphe de celui l’impose. Plus le doute est permis sur le l’infamie de l’accusé plus le supplice doit être démesuré pour persuader l’assistance de la culpabilité de la victime".


(°) Voltaire

(1) Les accords d’Evian
Maurice Allais "L’Algérie d’Evian"
Réedité par Jeune Pied-Noir BP 4 91570 Bièvres

(2) Camille Brière "Qui sont les harkis ?"
Editions de l’Atlanthrope

(3) Compte-rendu officiel du sous-préfet d’Akbou
notamment dans"Les Archives inédites de la politique algérienne 1958-1962"
Maurice Faivre Editions l’Harmattan

(4) Mohand Hamoumou "Et ils sont devenus harkis"
Editions Fayard


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1787 / 576856

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 3- La guerre d’Algérie 1954 1962 (Grands évènements (...)  Suivre la vie du site 3.4 Les Victimes du terrorisme  Suivre la vie du site 3.42 Le Massacre des Harkis et leurs Familles   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License