Comité de liaison (CLAN-R)

Jean-Paul Spina : Le 17 Octobre 1961 à Paris. La mythologie des chiffres…

jeudi 18 octobre 2012
Chronologie.

Le 17 octobre à Paris est un évènement "métropolitain" de confrontation directe entre la police française, les autorités de l’état et « l’ennemi » du moment (1658 policiers contre 25000 manifestants algériens ordonnés et encadrés par le FLN qui en porte l’entière responsabilité puisqu’il a voulu défier les ordres de couvre feu de la Préfecture de Police).

A travers les évènements du 17 octobre 61 largement exploités depuis 2001 par des associations, des personnalités politiques, soutenues par une presse partisane, il convient de rappeler une chronologie des faits qui se sont déroulés principalement en région parisienne et notamment relater un incident déterminant qui a fait éclater la vérité sur le sujet.

- -1991- Pour en marquer le 30ième anniversaire, Jean Luc Eïnaudi, anti colonialiste notoire et journaliste d’investigation comme il se présente à l’époque, publie un 1er livre sur le sujet la Bataille de Paris, livre qui passe inaperçu, malgré les chiffres « effarants » de victimes qu’il a dénombrées et dont il en fait porter toute la responsabilité à Maurice Papon.

- -1997- le gouvernement socialiste, dans le but de faire toute la lumière sur la personnalité de Maurice Papon au cours de son procès à Bordeaux retrace sa carrière préfectorale et refait parler du livre d’Einaudï. Considérant le poids des accusations contenues dans ce livre envers M.Papon et la fiabilité des sources qui alimentent l’enquête du journaliste, Lionel Jospin demande une vérification « irréfutable » des chiffres avancés.

Toutes les archives concernant le sujet sont ouvertes à une commission nommée par le gouvernement socialiste composée de 3 historiens « irréprochables » pilotés par le Conseiller d’Etat D. Mandelkern, qui travaillant pratiquement un an en arrivent à des chiffres de victimes 10 fois inferieurs à ceux du livre d’Eïnaudi (30 victimes certifiées sur les 300 annoncées dans le livre). Cité comme témoin dans le procès Papon, Eïnaudi est accusé de « faux témoignage » mais il est relaxé « sur sa bonne foi vu qu’il n’a pas eu, lui, en son temps accès aux archives » et qu’il a du procéder comme il le déclare « par évaluation »

- -2001- Bertrand Delanoë, élu maire de Paris depuis le 18 mars 2001, s’empare du 17 octobre 61 et fait poser le 17 octobre 2001, en face de la Préfecture de Police de Paris, avec tout le cérémonial médiatique habituel, une stèle à la mémoire des innombrables victimes de la répression policière de 1961. Le lendemain, dans le cadre du salon du Maghreb des livres qui se tient à l’Hôtel de Ville de Paris il accorde une véritable tribune à J.L Eïnaudi pour justifier son action de la veille en faveur des victimes algériennes du 17octobre.

Entre deux conférences/ présentations de son enquête et ses écrits, J.L.Eïnaudi dédicace son livre édité en 1991, qu’il a fait rééditer en format de poche en ayant changé le titre qui devient : «  Octobre 1961, un massacre à Paris. »


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2415 / 568989

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Points de vue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License