Comité de liaison (CLAN-R)

Les Disparus- Intervention de Marc LAFFINEUR ( SEDAC) le 28 février 2012

samedi 7 décembre 2013

Il aura fallu un important travail de recoupement pour établir la liste des disparus. Ce travail a été conduit, deux années durant, par la Mission interministérielle aux rapatriés, avec le soutien de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense. Les recherches ont en outre été coordonnées par un groupe de travail, auquel participaient activement des responsables d’associations de rapatriés.

Vous êtes nombreux, ici, à vous être investis dans ce travail : je tenais à vous remercier, vous ainsi que tous ceux qui ont permis que les noms des disparus défilent aujourd’hui devant nous. C’est un geste fort, un geste d’hommage et de reconnaissance, qui nous tenait à cœur et que vous avez rendu possible. Par votre engagement, par votre professionnalisme, vous avez contribué à la dignité de notre mémoire collective.

Il y va de notre responsabilité à tous : les blessures héritées de ces pages tragiques sont encore vives. La concurrence des mémoires continue, hélas, de raviver les souffrances, les rancœurs et parfois les haines.

Nous ne pouvons pas tolérer que la mémoire divise. La mémoire est le socle de notre Nation, elle doit au contraire rassembler, unifier autour de valeurs et d’aspirations communes.

C’est pourquoi le 5 décembre a été choisi comme journée nationale d’hommage aux morts pour la France pendant la guerre d’Algérie, les combats du Maroc et de la Tunisie : cette date n’offense personne, elle ne blesse la mémoire de personne, et rassemble dans un même hommage national toutes les victimes militaires et civiles.

C’est aussi pourquoi nous veillerons, en cette année anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, à ce que l’évocation des événements soit la plus équilibrée possible, afin qu’aucune mémoire ne se sente lésée.

Le drame des disparus, comme le massacre de dizaines de milliers de harkis et de civils innocents dans les mois qui suivirent les accords d’Evian, exigent le respect de chacun d’entre nous. Il s’agit là d’un devoir républicain, et il n’est pas de mémoire digne qui ne regarde en face les pages sombres de l’Histoire.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1075 / 578551

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pouvoirs Publics  Suivre la vie du site Communications des Pouvoirs publics   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License