Comité de liaison (CLAN-R)

ETUDES COLONIALES-19 mars 1962. Quelle signification ? Guy Pervillé

mercredi 13 avril 2016

Réponse à Mohammed Harbi et Gilles Manceron (2016)

http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=386

Le Monde a publié dans son numéro des 20 et 21 mars 2016, dans sa rubrique "Débats et analyses", un texte de Mohammed Harbi et Gilles Manceron intitulé « Cessons de ressasser les mémoires meurtries de la guerre d’Algérie ! » dont une phrase a été reproduite en capitales d’imprimerie dans la marge : "Aucun conflit ne s’est arrêté instantanément à partir de la date qui en annonçait irrémédiablement la fin". En conséquence, estiment les deux signataires, "l’argument contestant la date du 19 mars au nom du fait qu’elle n’a pas mis fin à la longue série des victimes de ce conflit n’est qu’un prétexte".

Cet argument central ne m’a pas convaincu, pour les raisons suivantes.

Le Monde a publié dans son numéro des 20 et 21 mars 2016, p. 22, un texte de Mohammed Harbi et Gilles Manceron qui entend répondre à la prise de position de Nicolas Sarkozy contre la participation du président de la République François Hollande à la commémoration officielle du 19 mars comme journée nationale du souvenir des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie.

Sans contester leur droit de présenter leur argumentation, je dois pourtant signaler que sa crédibilité disparaît brusquement au milieu de leur texte, quand ils affirment que « aucun conflit ne s’est arrêté instantanément à partir de la date qui en annonçait irrémédiablement la fin ». En effet, les exemples de la fin des deux guerres mondiales qu’ils invoquent en guise de preuve de leur thèse sont plus que contestables.
.
En réalité, l’armistice du 11 novembre 1918 signé par l’Allemagne a vraiment mis fin à la Première guerre mondiale, même si la guerre aurait pu reprendre si elle avait refusé de signer le traité de Versailles en juin 1919. Les deux auteurs ont tort d’inclure dans le bilan des pertes de cette guerre celles que les armées françaises ont subies plus tard à cause de leur participation au blocus de la Russie soviétique, et de leur lutte contre la résistance turque de Mustapha Kemal jusqu’en 1921. De même, la capitulation allemande du 8 mai 1945 a vraiment mis fin à la partie européenne de la Deuxième guerre mondiale. La poursuite des combats en Asie contre le Japon jusqu’au 15 août 1945 n’enlève rien à la validité du 8 mai 1945 en Europe - même si les Français ont largement oublié leurs compatriotes d’Indochine, victimes du coup de force japonais du 9 mars 1945.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 282 / 544810

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Points de vue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License