Comité de liaison (CLAN-R)

Editoriaux


Lettre ouverte au Président de la République

Monsieur le Président de la République,

La présence française en Algérie pendant 132 ans, après une conquête
militaire comme tant de peuples en ont pratiquées au cours des siècles sur ce
territoire, fut l’histoire d’un peuplement à partir de France et d’autres pays
majoritairement méditerranéens, jusqu‘à une indépendance bâclée, en 1962,
au mépris des vies humaines.

Ces hommes et ces femmes, selon la volonté de Paris, s’implantèrent sur
un territoire aride au prix de très lourds sacrifices et au péril de leur vie, pour
mettre en valeur un pays qui ne l’avait jamais été. Par leur travail et leur énergie
ils permirent un développement rapide de ces départements français. Un amour
profond les liait à cette terre devenue légitimement la leur et dont ils n’auraient
jamais imaginé être chassés ; ces familles présentes depuis plusieurs
générations ont ressenti tout normalement de la fierté pour l’œuvre accomplie.

Les Français d’Algérie ont donné en nombre leur sang pour la France, dès
1853 en Crimée, lors des divers conflits du 19ème et du 20éme siècle. Ces
sacrifices sont aujourd’hui injustement ignorés ; aucun monument en France ne
les rappelle.

A partir de fin 1954 et tout au long de ces années de guerre, le FLN a
largement frappé les populations de toutes origines. Ce fut pendant huit années
une suite de drames sanglants dont ceux qui les ont vécus et leurs descendants
sont à jamais marqués : des premiers actes terroristes isolés aux massacres de
masse comme ceux du constantinois d’aout 1955, aux nombreux assassinats et
enlèvements de l’après 19 mars 1962, jusqu‘à l’horreur absolue du 5 juillet à
Oran et aux tueries frappant plus d’une centaine de milliers de Harkis. Presque
toutes les familles ont été touchées par ces nombreux actes barbares du FLN.

Au cours des derniers mois avant l’indépendance, les Français d’Algérie
menacés et terrorisés ne furent pas protégés. Les Familles Pieds noirs, poussées
à l’exil dans la panique, trouvèrent une métropole souvent indifférente et parfois
hostile. Les familles de Harkis qui, malgré le refus du pouvoir parisien, purent fuir
avec l’aide de certains officiers désobéissant aux ordres, durent affronter un
déracinement lourd de conséquences.

Les attentes légitimes des Rapatriés d’Algérie sont inlassablement
exprimées : La reconnaissance et le respect de leur Histoire, de leur Mémoire et
de leurs sacrifices, des actes concrets de réparation morale et matérielle, le refus
de la falsification des faits et de toute repentance vis-à-vis de l’Etat algérien,
refus qui est celui d’une grande partie de la population française.

page 2

Vos propos tenus en Algérie même, en février 2017, ont provoqué dans
une large part de la population française une grande incompréhension. Ils
donnaient l’impression que l’histoire de la France en Algérie vous était inconnue.
Depuis, rien n’est malheureusement venu modifier cette perception. La création
récente d’une mission de mémoire et d’histoire de la colonisation et de la guerre
en Algérie, confiée à un seul historien, suscite beaucoup d’interrogations et de
méfiance.

L’apaisement que nous appelons de tous nos vœux, exige le respect de
toutes les mémoires, sans manichéisme, sans anachronisme, ni réécriture de
l’histoire par le pouvoir. La recherche d’une réconciliation des Etats est vraiment
souhaitable, mais elle ne peut se traduire par une soumission à un exécutif
étranger qui, de plus, ne semble toujours pas ouvert à la recherche de la vérité
des faits.

La journée nationale d’hommage aux Morts pour la France et aux victimes
civiles françaises de la guerre d’Algérie, le 5 décembre prochain, pourrait être
l’occasion de votre part de manifester la reconnaissance de la nation à l’égard
de ces Français de toutes origines et toutes religions, qui n’ont commis aucun
crime contre l’humanité, ni aucune barbarie, mais ont souffert dans leur chair.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République,
l’expression de notre haute et respectueuse considération.

Comité de Liaison des Associations Nationales de Rapatriés

Le 28 octobre 2020

PDF - 55 ko
Lettre ouverte au Président de la République

Articles les plus récents


Articles les plus récents


30 Aout 2020 à Toulon- Journée Mondiale des Personnes Disparus

mardi 25 août 2020

Cette journée mondiale, est une opportunité pour rappeler les civils et militaires disparus et détenus dans des conditions atroces par le FLN, signataire du cessez le feu du 19 mars 1962.



Bernard Lugan- "Il faut refuser la repentance coloniale"...Colloque 2018-

mardi 11 août 2020

Bizarrement, ce sont les voix de ceux qui connaissent le mieux ces problèmes historiques, que l’on entend le moins...Les mensonges qui rassurent, conviennent plus que les vérités qui dérangent...La politique ne s’embarrasse pas de courage....Vae Victis !!!



IN MEMORIAM : Jean-Jacques Borgeaud

mardi 11 août 2020

Souvenons nous des héros discrets de notre histoire...



Le Maréchal Bugeaud- Conquête de l’Algérie

mercredi 5 août 2020

Un magnifique portrait d’un grand soldat. (avec ou sans casquette....)



Bernard Lugan- Ouverture des archives Ottomanes

lundi 27 juillet 2020

Il est question d’Histoire...Et avant que des idéologues pro-FLN, n’en inventent une, ouvrons les archives Ottomanes, pour détruire les idées bien commodes aux négationnistes et soyons fiers de ce que nous sommes...



Stèle en hommage aux Rapatriés d’Afrique du Nord

dimanche 26 juillet 2020

Inauguration et profanation d’un des rares monuments qui rappellent le souvenir d’une histoire que tant veulent nous faire oublier....



Communiqué du CLAN-R

samedi 25 juillet 2020
« COMITE DE LIAISON DES ASSOCIATIONS NATIONALES DE RAPATRIÉS » PROFANATION DE LA STÈLE DU CAP D’AGDE RENDANT HOMMAGE AUX FRANÇAIS D’AFRIQUE DU NORD Paris, le 25 juillet 2020 Une fois encore, à Agde maintenant, un de nos monuments a été profané ; dans l’indifférence. La Ministre en charge de la (...)


JACQUES AUGARDE NOUS A QUITTES LE 19 JUILLET 2006

dimanche 19 juillet 2020
SOUVENONS-NOUS Jacques Augarde a été un soldat, il a été un homme politique de grande stature, un homme de lettres, un combattant de la Justice, un homme de cœur. Soldat, après la campagne d’Italie, le 19 août 1944, à la tête de ses Tabors il est parmi les premiers à débarquer à Saint-Tropez pour (...)


L’Algérie vue par les autorités françaises en 1958 | Archive INA

vendredi 17 juillet 2020

Des images "parlantes"



Bernard Lugan- La repentance ?....

vendredi 17 juillet 2020

Un regard courageux et honnête, vertus nécessaires, pour tenir tête à la pensée unique et imposée concernant la repentance unilatérale.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 665105

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License