Comité de liaison (CLAN-R)

8 Mai 1945- Réaction de Gilles Bonnier au message du Président de la République

mercredi 13 mai 2020

Anniversaire du 8 mai 1945 : Capitulation de l’Allemagne Nazie signée à Reims puis à Berlin le lendemain

Reims 7 mai 1945 pour la France le général François Sevez, convoqué in extremis, contresigne comme témoin en tant que chef d’état-major du général de Gaulle.


Berlin 8 mai 1945 Le général de Lattre, représentant la France cosigne l‘acte de capitulation de l’Allemagne nazie

Le 8 mai, une journée du souvenir de la folie destructrice qui ensanglanta l’Europe, un souvenir du combat contre la barbarie.

Cet anniversaire nous rappelle le sacrifice des combattants de la Résistance intérieure, l’engagement des Français de l’Outremer de l’époque (de toutes origines, Pieds noirs d’Algérie mobilisés en masse, Soldats musulmans de l’Armée d’Afrique d’AFN, troupes coloniales d’Afrique noire…) qui combattirent sur les théâtres d’opérations extérieures en Afrique ou en Italie et dans les campagnes de libération jusqu’en Allemagne après le débarquement de Provence, la détermination des Français évadés de France métropolitaine (combattants de la France Libre, aviateurs et parachutistes intégrés à l’armée britannique et tous les jeunes ayant rejoint l’AFN avant ou après la menace du STO), l’aide massive des Alliés américains, britanniques et du Commonwealth et leurs débarquements en AFN, en Normandie et en Provence.

Cet anniversaire nous rappelle toutes les souffrances et les violences subies par les populations en France et en Europe pendant les 5 années de guerre, conséquences de la barbarie hitlérienne, mais aussi dégâts collatéraux des combats qui firent des millions de victimes civiles.

Cet anniversaire est certes aussi celui d’un soulagement et d’un nouveau départ sur le plan international, mais aussi de l’ombre menaçante de la guerre froide et de la mainmise soviétique sur l’Europe de l’Est et la Russie pour des dizaines d’années.

L’histoire est complexe, chacun d’entre nous a tendance à privilégier la mémoire qui le concerne plus directement et les messages des responsables politiques français chaque année à cette date insistent sur certains aspects en passant sous silence d’autres qui peuvent nous être chers.

Cette année le Chef de l’État Français a délivré le message suivant pour ce 8 mai (texte ci joint).
Message du Président Macron pour la commémoration du 8 mai 1945

- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :-

Quelques commentaires

Comme chaque année lors de la commémoration de cette date essentielle, le Président Macron a rappelé la fin de tant d’horreurs et de sacrifices et surtout le retour de la paix. Mais :
- Pourquoi s’étendre d’une manière tronquée sur les combats de la campagne de France de 1940 ? N’en citer que quelques-uns, c’est en oublier beaucoup d’autres ;
- Quel Chef d’État français, dans un souci d’apaisement et d’équilibre aura le souci de dire que l’armistice en juin 1940 (même avec de tragiques conséquences et les dérives ultérieures inacceptables) ne fut pas pire que l’alternative d’une prise de pouvoir totale des Allemands hitlériens (quand on compare avec le sort de certains pays voisins) ?

Fallait-il encore laisser couler le sang de jeunes Français comme en juin 1940 dans des combats de plus en plus meurtriers et désespérés ? Tous les Françaises et Français en âge de combattre à l’extérieur devaient- ils quitter la France ? Comment ? Et en laissant des milliers de membres de leurs familles en face des Nazis et sans aucune possibilité de Résistance intérieure ?

- Pourquoi ne pas rendre un hommage explicite aux soldats français issus de l’Outremer de l’époque, en particulier aux centaines de milliers de Pieds noirs d’Algérie, alors département français, mobilisés sur 20 classes d’âge en 1943/44/45 et ayant combattu pour libérer la métropole ?

- Pourquoi ne pas citer les grands Chefs militaires qui s’illustrèrent dans ces combats de la Libération, les généraux Juin, de Lattre, Leclerc, Monsabert et d’autres, qui sont soit ignorés aujourd’hui par la Jeunesse française (et même leurs parents ...) soit oubliés au profit de la gloire d’un seul homme, celui du 18 juin 40 ? La mode n’est plus aux statues qui rappelaient les héros de notre histoire contemporaine, mais ces interventions officielles pourraient être l’occasion de perpétuer leur mémoire.

- N’est-ce pas démagogique voire totalement faux historiquement de dire à la fin de cette phrase : " cette aube nouvelle fut conquise de haute lutte par ...., par aussi chaque Française et chaque Français qui refusa l’abaissement de notre nation et le dévoiement de nos idéaux" ?

Que chacun juge en lisant ce message présidentiel

Gilles Bonnier


titre documents joints

13 mai 2020
info document : PDF
144.8 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 113 / 637166

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Points de vue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License