Comité de liaison (CLAN-R)

26 mars 2016 cimetière neuf de BEZIERS

mardi 29 mars 2016

Discours de Robert Ménard, maire de Béziers,
prononcé lors de la cérémonie organisée à la mémoire des Français victimes
du massacre de la rue d’Isly :

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

"Mesdames, Messieurs,

Mes chers amis,

Voilà exactement 54 ans, le 26 mars 1962, l’armée française tirait sur des Français d’Algérie. 67 morts, 200 blessés.

Le soir même, le général de Gaulle prenait la parole à la télévision. Il exhortait les Français à dire oui au référendum sur l’autodétermination – l’indépendance en fait - de l’Algérie.

Le président d’un État dont les forces de l’ordre venaient d’assassiner 67 civcenter>ils prononçait, osait prononcer ces mots : « En faisant sien ce vaste et généreux dessein, le peuple français va contribuer, une fois de plus dans son Histoire, à éclairer l’univers ».

Mots grandiloquents, mots emphatiques, mots de morgue, mots de mensonge. En fait d’univers éclairé, c’était une nuit sans étoiles et sans lune qui s’abattait sur les Français d’Algérie et sur les harkis. Une nuit d’effroi et d’agonie, de rapts, d’égorgements, de viols. Pour tout un peuple, il n’y aura plus jamais d’aurore sur cette rive de la Méditerranée.

Trois mois plus tard, c’était l’exode d’un million de Français fuyant les couteaux et les balles des barbares avec lesquels ce même général de Gaulle avait signé un accord. Trois mois plus tard, des dizaines de milliers de harkis étaient abandonnés à leurs assassins. Ils allaient mourir dans une orgie de violence…

Un demi-siècle a passé. Deux générations. Beaucoup sont morts qui n’auront jamais revu leur terre natale, goûté ses fruits gorgés de soleil, senti de nouveau l’odeur des eucalyptus, ri à gorge déployée sur les plages de leur enfance.

Pourquoi revenir sur cette période autrement qu’en déposant symboliquement, protocolairement, une artificielle couronne d’hommage, sertie de phrases creuses et mornes ? Pourquoi se livrer à ce qui peut ressembler à un combat d’ombres évanouies contre des spectres sans linceul ? Pourquoi ? Parce que rien n’est achevé. Rien n’est clos. Tout revient.

Le passé, vous savez, le passé se déverse dans l’avenir. Il est un torrent qui n’oublie rien et qui charrie en ses eaux toutes les fautes, tous les renoncements, tous les mensonges. Un jour, le torrent resurgit à la surface et l’on s’aperçoit alors que ce que l’on croyait disparu voyageait, souterrain, en silence. Il n’est pas rare dans l’histoire - car l’histoire n’a ni morale ni fin - qu’une génération doive payer pour une autre. C’est bien ce qui nous menace aujourd’hui…

Le massacre de la rue d’Isly, comme le dieu Janus, a, au fond, deux visages. Isly est à la fois un commencement et une fin. Une porte d’entrée et une porte de sortie. Isly est la puissance et la gloire, mais aussi la faiblesse et la honte.

Puissance, car s’il existait à Alger une rue d’Isly, c’est parce qu’auparavant, il y avait eu une bataille d’Isly. Le 14 août 1844, aux confins de l’Algérie, 11 000 Français avaient vaincu 25 000 Marocains. Battus, en déroute, ces Marocains abandonnèrent l’émir Abdel Kader et ses tribus épuisées. L’Algérie pouvait devenir française. Isly, c’est donc une victoire fondatrice, c’est l’Empire, c’est la France sûre d’elle, de sa force, de sa langue, de sa civilisation.

Mais, depuis le 26 mars 1962, Isly est aussi le symbole de la France qui fuit, de la France qui se ment à elle-même, de la France qui meurt…

A cinquante ans de distance, nous vivons des faits similaires. Les événements de 2015 à Paris – ou à Bruxelles - sont l’écho des événements d’Algérie de 1954 à 1962. Hier déjà, le fanatisme islamiste galvanisait ceux qui s’appelaient entre eux, non pas des fellagas, mais des moudjahidines.

Ce fanatisme qui a fait le tour de l’Orient campe désormais dans nos villes. Le dire n’est pas faire un contre-sens historique, mais un raccourci libérateur qui mène d’une vérité à une autre, pour faire comprendre les liens qui existent et qui expliquent ce qui se passe et ce qui risque de se passer.

Certains nous accusent d’instrumentaliser l’histoire au prétexte que nous lui donnons un sens qui n’a pas le bonheur de leur plaire. Mais il y a une différence entre ces gens et nous. Pour la plupart d’entre eux, l’histoire, ce sont des livres, des films, des cours... Pour nous, l’histoire, cette histoire, c’est notre histoire. Nos familles ont payé du prix de l’exil, du prix des larmes, du prix du sang, le droit de dire cette histoire.

Eux parlent ou écrivent, nous, nous avons vécu. Et ils voudraient encore, ils voudraient en plus que nous nous taisions ? Que nous les écoutions nous expliquer la guerre d’Algérie tout en nous excusant de ne pas être morts comme tant des nôtres ?
Nous ne nous tairons jamais. Et encore moins au regard des événements de 2015 et de ce début d’année. Et encore moins devant, face à ce qui vient à nous.

L’islamisme, cela commence par des insultes - « sale français » -, cela continue par des mosquées fanatisées, ça se termine par des attentats. Croire que nous n’avons en face de nous que quelques fous, commandés de loin, c’est se leurrer. L’islamisme se cache dans chacune de nos villes, chaque jour renforcé par l’afflux de migrants. Les musulmans qui refusent leur loi seront les premiers à devoir fuir ou mourir. Puis - ou en même temps - ce sera notre tour. La France est en première ligne. C’est donc de France que partira, que doit partir la résurrection de l’Europe.

Voilà pourquoi nous sommes ici aujourd’hui. Voilà pourquoi nous n’étions pas là, il y a une semaine, pour le 19 mars.

Nous ne commémorons pas le 19 mars parce que nous ne sommes pas des traîtres.

Nous ne commémorons pas le 19 mars parce que nous ne crachons pas sur nos morts.

Nous ne commémorons pas le 19 mars parce que nous nous voulons des Français dignes de ce nom.

Chers amis, mes amis, ceux de la rue d’Isly sont morts en martyrs de l’Algérie française. D’autres sont tombés en héros pour sauver l’honneur de la France sur cette terre abandonnée. Ne les oublions jamais.

Dans les temps qui viennent, nous devons conserver en nous la mémoire des uns et l’exemple des autres. Et alors, nous saurons que nous ne marcherons jamais seuls sur le chemin du combat.

Vive la France ! Vive la plus grande France ! Vive la France toujours et encore !"


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 166 / 551579

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Points de vue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License