Comité de liaison (CLAN-R)

RENE MAYER : Les Juifs en Algérie et le "Décret Cremieux"

lundi 28 octobre 2013
René Mayer- Les Juifs d’Algérie et le décret du 24 Octobre 1870 dit "Décret Crémieux".
Publish at Calameo or read more publications.

L’un des poncifs malveillants les plus répandus sur ceux qu’on nomme ici "les Pieds-noirs" concerne le prétendu favoritisme dont auraient bénéficié une partie d’entre eux, les Juifs d’Algérie.

On les accuse d’avoir, en 1870, grâce à leur connivence avec un Juif métropolitain, membre du gouvernement provisoire replié à Tours, obtenu un traitement de faveur qui aurait été refusé à leurs compatriotes musulmans. On les aurait favorisés en leur accordant la nationalité française tandis que les Arabes restaient des citoyens de seconde zone dépourvus de droit de vote.

Il importe de couper les ailes à cette idée reçue qui, comme tant d’autres rumeurs, ne se propage avec tant de facilité qu’en raison des douteuses satisfactions qu’elle procure à ceux qui la répandent.

Ici, ceux qui s’activent à propager ces contre-vérités constituent un étrange amalgame composé de nationalistes algériens, fonctionnaires en charge d’entretenir les mythes fondateurs du FLN, d’idéologues français dont l’anticolonialisme est le seul bréviaire, et d’antisémites du modèle le plus ordinaire.

Un peu d’Histoire est d’abord nécessaire. Quand, le 3 juillet 1830, les hommes du Maréchal de Bourmont pénètrent dans Alger, le peuple juif voit en eux des libérateurs. Ils vont lui permettre d’échapper à la relégation séculaire dont les Juifs sont victimes. En application d’une charte attribuée au Calife Omar, successeur de Mahomet, les "gens du Livre" doivent payer la dîme (on les nomme "dhimis"), et porter un signe distinctif, jaune pour les juifs (déjà !) et bleu pour les chrétiens. Leurs bâtiments doivent être moins élevés que ceux de leurs voisins musulmans. Si un musulman les frappe, ils ne doivent pas répondre. Il leur est interdit de pratiquer publiquement leur religion et bien entendu d’approcher une femme musulmane. etc. ...

Les Français font entrer deux Juifs au Conseil municipal d’Alger et un autre à la Chambre de commerce. La communauté juive est réorganisée par les Français sur le modèle des communautés juives de Métropole. Les Juifs d’Alger deviennent de chaleureux partisans d’une intégration puis d’une assimilation qu’ils ne cesseront plus de réclamer.

Or en France, Napoléon 1er avait, le 9 février 1807, convoqué l’instance suprême de la religion juive, le Grand Sanhédrin composé de soixante et onze docteurs de la foi. Cette Assemblée avait "décidé" que si, dans les lois de Moïse, les dispositions religieuses sont, par leur nature, absolues et indépendantes des circonstances, rien en revanche ne s’opposait à ce que les dispositions politiques soient alignées sur la loi française.

Les dispositions "politiques" étaient détaillées dans cette "décision". Il s’agissait de la polygamie, de la répudiation, du partage des héritages etc. en fait, celles du Code civil. Par cette décision, le Grand Sanhédrin français faisait traverser le Siècle des Lumières à tous les Juifs de France. Il permettait à Napoléon 1er d’accueillir les Juifs au sein de la Nation française

Les Juifs d’Algérie calquèrent rapidement leur attitude sur celles de leurs coreligionnaires métropolitains.

Texte intégral en PDF, page 4

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3602 / 580133

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Commission Histoire et Réalité des Faits  Suivre la vie du site TEXTES  Suivre la vie du site 1-STATUT DE L’ALGERIE DE 1830 à 1962- VIE CIVIQUE ET (...)  Suivre la vie du site 1.2 La citoyenneté , la nationalité française, les droits (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License