Comité de liaison (CLAN-R)

Le Collectif "Non au 19 Mars" reçu à la préfecture de Toulon.

mercredi 22 avril 2015

Les petits pas glissés de l’Etat Français concernant la reconnaissance d’une histoire où les chiffres de victimes sont outrageusement gonflés, les faits approximatifs et choisis selon la couleur politique des abusivement nommés "historiens", des imprécations de l’anti-France porteuse de valises couleur de sang, nous incitent une fois de plus à demander l’ouverture des archives, objets de fantasmes victimaires et de délires haineux.

Comme le prévoyait le Collectif et bien d’autres, les paroles de SEDAC sont de nature à aggraver encore le trouble quand à la détestation actuelle de notre Histoire de France. N’a t-il pas évoqué pour le 5 juillet "d’Européens victimes de débordements" ? La chasse aux Européens et le massacre qui s’en est suivi est un débordement...Encore n’a t-il pas repris le mot d’un cinéaste Français qui qualifiait le 5 juillet 1962 de "malentendu"...

Le Collectif a donc demandé une entrevue afin de lui remettre une motion.

- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :-

PDF - 67.2 ko
Motion

Entourés d’une dizaine de fidèles, le Collectif « Non au 19 Mars » a manifesté devant la préfecture de Toulon, son désaccord concernant la visite du Secrétaire d’Etat M. Todeschini à Sétif, ainsi que sur son but caché.

Une délégation constituée de Mrs. Jean-Paul Missud, François Paz et Hervé Cuesta a été reçue ce matin, lundi 20 avril 2015 à Toulon, par Mme Marie-France BOUSQUET, chef de cabinet de M. Soubelet, préfet du Var, ainsi que par Jérôme GUERVIN Directeur de L’ONAC afin de remettre et commenter une motion. L’échange a été très courtois, mais
nous ne pouvions que faire ressentir toute la lassitude d’une communauté invisible aux yeux des gouvernements.

Nous avons évoqué les signes d’une repentance, fondée sur des approximations et des surenchères victimaires. Nous avons évoqué le manque d’intérêt et de compassion concernant notre Histoire et nos drames, au regard de l’empressement visible, vis-à-vis du 17 octobre 1961, du 8 mai 1945, mais jamais du 26 mars 1962 ou du 5 juillet 1962.

Il est très vite apparu qu’il était aujourd’hui nécessaire et même indispensable d’ouvrir dès maintenant les archives de la guerre d’Algérie, et de faire travailler les historiens, car, ne pas les ouvrir consisterait à considérer que le Peuple français n’est pas assez mature pour assumer son Histoire. Nous considérons que beaucoup d’exigences et de paroles culpabilisatrices, trouvent leurs racines dans l’ignorance organisée des deux côtés de la Méditerranée.

Nous avons donc, fort de ce constat dénoncé cette ignorance comme arme de culpabilisation, ainsi que la détestation actuelle de notre Histoire, et celle de l’Algérie Française. Nous avons dénoncé l’excellent accueil qu’il était de bon ton de réserver à des anciens dirigeants du FLN, responsables de dizaines de milliers de morts, y compris en
Métropole, ainsi que les colloques et invitations télévisées complaisamment organisés par des sympathisants historiques…

Nous avons en revanche constaté qu’il était impossible d’avoir un débat sur les causes et l’origine de la dissidence de glorieux généraux ou hommes politiques de premier plan.

Nous avons regretté certaines paroles d’hommes politiques qui nous dénient le droit légitime à la Mémoire et à la nostalgie.

Et nous avons conclu, en disant que nous attendions en plus d’un travail historique réel, des signes du gouvernement montrant qu’il se préoccupe également des victimes Françaises du terrorisme, et qu’il cesse de se prendre les pieds dans le tapis de la repentance aveugle. Il lui serait tellement plus facile, s’il en avait la volonté politique, de cesser tout dénigrement perpétuel de l’œuvre de la France en Algérie.

M. Jérôme GUERVIN nous a affirmé que M. Todeschini, irait bien à Mers El Kébir et à Sétif, et qu’il ne serait nullement question de repentance.

Dont acte.

Nous nous sommes quitté, après cette entrevue, avec le sentiment d’avoir été compris. Mais nous resterons vigilants, car un autre nous avait également compris….

François PAZ et Hervé CUESTA

Collectif national NON au 19 mars 1962

Sur ce sujet voir aussi


Portfolio

Fidèles et combatifs
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 520 / 580259

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communication  Suivre la vie du site Le CLAN-R diffuse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License