Comité de liaison (CLAN-R)

José CASTANO : Le siège de Bab El Oued

dimanche 6 mars 2011

« Rien n’est jamais acquis. Tout est bataille. On nous le fait bien voir. Nous sommes gênants. On nous efface. On a bâti une théorie du monde où nous n’avons pas de place. On nous verse dans le néant avec nos morts, nos espérances et nos souvenirs. » (Jean Brune)

Vendredi 23 Mars 1962, le général de Gaulle écrit à son premier ministre, Michel Debré, une brève missive :


"Mon cher Premier Ministre,

Tout doit être fait sur-le-champ pour briser et châtier l’action criminelle des bandes terroristes d’Alger et d’Oran. Pour cela, j’ai, sachez-le, entièrement confiance dans le gouvernement, dans le haut-commissaire de la République et dans les forces de l’ordre. Veuillez le dire aux intéressés.

Bien cordialement. Charles de Gaulle."

Le jour même, la transmission et l’exécution de cet ordre sera chose faite.

Ce matin là, un camion militaire pénétra, à Alger, dans le quartier de Bab-el-Oued. Un commando de l’OAS arrêta le véhicule et demanda aux soldats de leur remettre leurs armes. Soudain, parmi eux, un appelé musulman fit claquer sa culasse en armant son pistolet mitrailleur... et ce fut le drame. La fusillade éclata et pour la première fois dans cette guerre d’Algérie, des militaires et des civils allaient s’affronter directement. L’irréparable était commis annihilant par là même tous les espoirs de voir l’armée se soulever à nouveau...

Aussitôt -et durant toute la journée- les forces militaires et de police affluèrent. Des milliers de soldats, gendarmes et C.R.S. encerclèrent le quartier. Des barrages de fils de fer barbelés furent dressés. Bab-el-Oued était isolée du reste du monde...

La Délégation Générale était en liesse. Le quartier serait privé de renforts et de ravitaillements. Enfin ! le règlement de compte allait pouvoir avoir lieu ! Bab-el-Oued, le symbole de la résistance en Algérie, allait recevoir le châtiment qu’elle méritait depuis longtemps déjà !...

Très vite cependant, les visages des responsables allaient changer d’expression. Loin d’être impressionnés par ce gigantesque déploiement de force, les commandos de l’OAS réagirent énergiquement. Ils se savaient pris au piège et leur résistance allait être farouche...

Face à 20.000 hommes, décidés à mettre au pas ce noyau rebelle, 150 hommes munis d’un armement hétéroclite mais connaissant admirablement chaque pouce de terrain et sachant pouvoir compter sur la complicité de l’habitant, allaient faire mieux que se défendre, à tel point qu’ils allaient prendre l’initiative des opérations et faire reculer sous leurs coups de boutoir les forces de l’ordre.

Ailleret -qui depuis Juillet 1961, avait été nommé en remplacement de Gambiez- fulminait. Pour l’encourager dans sa fermeté, l’Elysée lui avait offert sa quatrième étoile. Son prestige était en jeu ainsi que celui de tous ses acolytes : Fouchet -haut commissaire en Algérie, Morin -délégué général-, Vitalis Cros -préfet d’Alger-, Debrosse -commandant la gendarmerie mobile- et l’on décida alors de faire appel aux blindés et à l’aviation. Cette fois c’était l’engagement total.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2395 / 576954

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 3- La guerre d’Algérie 1954 1962 (Grands évènements (...)  Suivre la vie du site 3.5 Les grandes dates des tragédies.  Suivre la vie du site 3.55 Alger Bab El Oued et le 26 Mars rued’Isly.   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License