Comité de liaison (CLAN-R)

Jean Llorens : Mémoire de soubressade

lundi 5 mars 2018

Mémoire de soubressade

Jean Llorens (Jean-Jean de Belcourt)

Et si vous preniez deux œufs, que vous les cassiez ? Apres vous les battez bien pendant cinq minutes,…
Puis vous prenez une petite poêle, avec un petit fond d huile d’olive, vous versez les œufs…

Vous les éparpillez bien, après vous allez a la fenêtre dans la cuisine, dans le petit garde manger, vous prenez une belle soubressade piquante de chez zeralta, vous savez le charcutier du marche de belcourt.

Donc vous prenez la soubressade, vous enlevez la peau et la ficelle rouge, et vous l’éparpillez dans les œufs. Juste un petit instant après, vous la versez dans une assiette, vous prenez un bon morceau de pain mahonnais, avec la mie bien dure, un bon verre de vin rosé bien frais, pour celles et ceux qui aiment le vin, ou la gargoulette avec de l’eau bien fraiche, vous vous mettez au balcon, assis par terre, les jambes en tailleur, et en regardant en bas la mer bien bleue, avec les bateaux qui rentrent et qui sortent du port. vous vous tapez un repas royal, que meme azrine il ne peut pas nous enlever, et quand il n y a plus rien dans l’assiette, vous descendez en bas chez le tunisien, et vous prenez un bon makrout plein de miel qui vous coule entre les doigts, et doucement mais surtout bien doucement, les yeux fermes, vous le dégustez, et même qu’ a la fin vous vous léchez les doigts, tellement c est bon.

Et puis catastrophe, votre femme vient vous réveiller, et tout ce beau rêve y fait tchouffa, et ca vous fout les boules pour toute la journée

Quand est-ce qu’ on arrêtera de penser a ce foutu pays ??????

Jamais.... oh non jamais, plutôt crever !

- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :- :-

Il arrive que même les rêves nous fassent pleurer. Ce texte de mon ami Jean Llorens, Algérois de Belcourt au cœur d’or, à l’amitié éternelle, et à la nostalgie toujours à vif, n’est qu’un hommage et un cri d’amour à ce pays perdu.

Il était aussi, en plus d’être mon ami, une mémoire vivante du cyclisme en Algérie, avec qui j’avais fait les montages ci-dessous sur le cyclisme. Jean me manquera toujours…Il avait mis du temps à accepter le fait que je ne sois qu’Oranais…Mais ça, c’est la légende.

François Paz

http://www.clan-r.org/portail/jean-llorens-mon-cyclisme-des-annees-50-en


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 119 / 571611

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communication  Suivre la vie du site Le CLAN-R diffuse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License