Comité de liaison (CLAN-R)

Analyse du rapport de Benjamin Stora par Jean-Jacques Jordi

jeudi 4 février 2021

Analyse du rapport de Benjamin Stora par Jean-Jacques Jordi, historien, docteur en histoire, spécialiste de l’histoire de l’Algérie française.

J’ai lu plusieurs fois ce rapport, sans doute parce que j’en attendais beaucoup. Et au final je suis resté sur ma faim. A une première partie générale sur l’état d’esprit de ce rapport, les grandes lignes d’explicitation de ce qu’est un travail de mémoire et de réconciliation, succède une série de préconisations relativement décevantes. Comme si la réconciliation n’était pas à chercher avec l’Algérie mais avec les mémoires qui s’affrontent sur le seul sol français. Avouons que l’entreprise relevait plus du funambulisme que de la recherche historique. Disons-le d’emblée, la science historique n’est pas une opinion.

Effectivement l’Algérie d’aujourd’hui ou à tout le moins le gouvernement algérien semble absent du rapport sauf à deux reprises où Benjamin Stora souligne l’accord préalable des autorités algériennes ou un « reste encore à discuter ». Concrètement, il faut être funambule car l’on connaît la position officielle du gouvernement algérien concernant les Archives, les faits d’histoire, le jonglage sur le nombre de morts, les dénis en tous points... et par la suite, on comprend que les mots excuses, repentance, réparation financière et crime contre l’humanité arrivent dans les discours algériens.

Il s’agit là de postures sans doute mais sans possibilité de réconciliation. Pour se réconcilier, il faut être au moins deux et chacun doit être capable d’avancer vers l’autre. Or, l’Algérie s’est muée depuis longtemps en statue du Commandeur avec soit les bras croisés (fermés à toute initiative), soit avec un doigt accusateur et vengeur. Aujourd’hui, le gouvernement algérien souffle le chaud et le froid en espérant rejouer les Accords d’Évian non respectés soixante années après. De son côté, la France avec le président Chirac a tenté une réconciliation qui n’a reçu aucun véritable écho en Algérie. Et les différents présidents français ont eux-aussi tenté cette réconciliation, en vain. Il était donc normal et logique que le Président Macron essaie lui-aussi.

Mais à chaque fois, la repentance, l’accusation de génocidaires, les excuses officielles de la France et une réparation financière évaluée on ne sait comment à 100 milliards sont pour les gouvernements algériens un préalable avant toute discussion (comme le Sahara lors des discussions d’Evian). On comprend alors que la marge de manœuvre de Benjamin Stora ait été des plus étroites et que ses préconisations embrassent un champ large, de la restitution d’un canon à une panthéonisation (pourquoi le choix de Gisèle Halimi dans ce rapport concernant la réconciliation entre la France et l’Algérie, j’y reviendrai) en passant par la restitution des archives ou les échanges culturels (qui existent déjà depuis fort longtemps).

Comme j’ai pu le voir dans les premières critiques de ce rapport, Benjamin Stora peine à nommer cette guerre qui est plus une guerre d’indépendance qu’une guerre de décolonisation, davantage une guerre en Algérie qu’une guerre d’Algérie. Et pourtant ce fut bien une guerre qui fut juridiquement admise par la Cour d’Appel de Montpellier du 20 novembre 1959, et même une guerre civile dit l’arrêt. Du coup, on comprend mieux que le mot « Evènements » ait été (avant le coup diplomatique du GPRA sur l’internationalisation de la guerre en 1960) commode pour le gouvernement français comme pour ses adversaires. Pour ce dernier, les événements et les opérations de pacification sont une affaire franco-française dans laquelle l’ONU ne saurait intervenir. Pour les avocats qui défendaient les membres du FLN, il était aussi préférable que cette guerre n’en fût pas une.

lire la suite......


Documents joints

4 février 2021
info document : PDF
127.9 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 28 / 4895

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communication  Suivre la vie du site Le CLAN-R diffuse   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.14 + AHUNTSIC

Creative Commons License