Comité de liaison (CLAN-R)

Jean-François PAYA ; Le 5 juillet à Oran

dimanche 20 février 2011

 Autres sources :

(8) Note aux chefs de Corps n°99 /saor/3/ope du 20 juin signée général Katz qui prévoit l’usage de la " légitime défense " y compris pour les ressortissants Français après le 3 juillet (non appliquée sur l’ordre du pouvoir central la veille de l’indépendance, avec l’ordre strict de consigner les troupes)

(9) Bulletin de rens. n° 1512 du 12 /7/62 classé/secret révélant enfouissement de cadavres au bull-dozer avec photos d’hélicoptère zone du petit lac sud-est d’Oran Mais aucune enquête officielle ; 44 ans après on procède enfin à une recherche du nombre des victimes sur la base de documents partiels en sachant que certains historiens algériens reconnaissent au moins 2 charniers au " Petit Lac " et au cimetière Tamazouet .

COMPLEMENT TRANSMIS PAR L’AUTEUR (avec autorisation de publier)

Pour mémoire : article cité "pour en savoir plus" p 81 du n° 231 d’Avril 1999, revue l’HISTOIRE, sans aucun démenti depuis cette diffusion
- ref : / note de rens 1266:B2:sec-conf /odj EMG ALN du 5 juillet 62 prouvant le complot (voir ci dessous)

- ref :/ bulletin rens 1512 du 12/7/62 class/secret/enfouissement cadavres bull-dozer zone du petit lac Oran / > Photos d’hélicoptère, note 99 du 20 juin /Katz citée avec liste unités. Par contre aucune trace d’enquête officiélle.

La mienne ne fut pas agréée (resté à la base de Mers-el Kébir jusqu’en 1965)

JF PAYA Historien (tous documents disponibles)
>
" Difficile de trouver un chat noir dans une pièce noire, surtout lorsqu’il n’y a pas de chat " ( proverbe chinois à propos des archives)

Les Forces françaises en présence à Oran le 5 juillet 1962, passibles de non-assistance à personnes en danger

En fonction des Archives militaires et des destinataires des circulaires du Commandement du " Secteur Autonome d’Oran " nous pouvons donner la liste des unités et des effectifs (18 000 hommes) présents à Oran ce jour-là.

Lorsque l’on pense que sur presque un millier d’officiers présents on peut compter sur les doigts d’une ou deux mains maximum ceux qui ont eu le courage de transgresser les ordres, on reste sidéré, car certes, il y eut le Général Katz obéissant avec zèle à De Gaulle mais le reste ne fut pas particulièrement glorieux, le plus hardi étant le lieutenant FSNA Kheliff commandant de Compagnie du 30è BCP qui mena une action longue et loin de sa base sans bien connaître la ville d’Oran. Pourtant les risques pour la "carrière" étant moins graves (avec en plus un prétexte d’assistance à personne en danger) que ceux pris par d’autres précédemment en rupture de ban avec l’Armée gaullienne ! (comme le lieutenant Kheliff qui passa bien Capitaine après une mutation en
métropole).

Liste des unités présentes à Oran, et à proximité, le 5 juillet 1962

Secteur Oran Ville

  • 3 Régiments d’Infanterie + 1 bataillon : 5è RI - 21è - 67è - 3/43è RI -
  • 3 Régiments d’Infanterie de marine + 3 Bataillons : 8è RIMA - 22è - 66è -1/2è - 1/75è - RIMA - 1/2è RAMA
  • 2 Régiments de Zouaves : 2è et 4è Zouaves
  • 1 Régiment de Cuirassiers : 3è Cuirassier
  • 3 Bataillons de Chasseurs Portés 10è - 29è - 30è BCP
  • 2 Bataillons RA : 1/27è et 324è RA
  • 2 Groupements GAAL : 452è et 457è
  • Enfin 23 escadrons de Gendarmerie Mobile

A cela il faut ajouter les éléments de l’Armée de l’Air basés à la Sénia et de la Marine à Mers-el-Kébir, Arzew et Tafaraoui (Aéro-Navale).

Soit une garnison totale de 18 000 hommes dont 12 000 sur le seul secteur d’Oran -Ville cantonnés sur plusieurs sites, casernes, lycées, collèges, stades, écoles imbriqués dans la ville à proximité immédiate des événements tragiques qui ont eu lieu.

En fait ce 5 juillet à Oran fut ponctuellement la journée la plus sanglante depuis le début de la guerre d’Algérie à nos jours malgré ce qui s’y passe encore en 1998.

Mais elle a surtout le triste privilège d’être un cas unique dans l’histoire où une armée sur le terrain en place à proximité de ses ressortissants civils désarmés et pacifiques les laisse se faire massacrer par des éléments étrangers sans intervenir (sauf cas rares et isolés).

Si on doit reparler du 17 octobre 61 à Paris qui a eu lieu en pleine guerre d’Algérie alors que le FLN était encore " l’ennemi officiel " pourquoi, pas de cette journée occultée par l’historiographie gaullienne et FLN, qui a eu lieu après la fin supposée de toutes les hostilités et en voie d’effacement de notre histoire avec son millier de victimes identifiables et appelées hypocritement "disparus".

http://etudescoloniales.canalblog.c...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 52 / 22982

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 3- La guerre d’Algérie 1954 1962 (Grands évènements (...)  Suivre la vie du site 3.5 Les grandes dates des tragédies.  Suivre la vie du site 3.56 Oran le 5 juillet 1962   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.14 + AHUNTSIC

Creative Commons License