Comité de liaison (CLAN-R)

Position de la FNACA sur le cessez le feu et les accords d’Evian

mercredi 16 mars 2016

Vous n’apprendrez rien de nouveau, mais ce qui est dit est dit....

La FNACA et les accords d’Evian…

La décision du président de la République de participer aux cérémonies du 19 mars va soulever son lot attendu de controverses. Personne, pas même l’Elysée, n’en sera surpris.

Il faut savoir en effet, que cette commémoration reste honnie par les nostalgiques de l’Algérie française et que cette « contestation » a commencé en Algérie, le jour même du cessez-le-feu refusé par les chefs de l’OAS, ces derniers allant même jusqu’à considérer l’armée française comme une « armée d’occupation » à compter du 22 mars 1962 à 0 heures ! Neuf soldats appelés du CIT 160 l’ont payé de leur vie dès le lendemain.

Les passions soulevées par l’issue politique du drame algérien ont fait perdre la raison et l’honneur à certains acteurs du conflit, les plus prestigieux d’entre eux ayant parfois choisi de retourner leurs armes contre la République, qu’ils avaient loyalement servie jusque là.

Ce n’est pas tomber dans la caricature que de rappeler qu’on ne pardonne pas au contingent, dans certains milieux, d’avoir refusé de suivre les aventuriers du putsh du 22 avril 1961.

Nous n’avons donc aucune compassion à attendre de la part de ceux qui qualifiaient alors les appelés de « petits soldats parfumés du contingent »

La FNACA, seule organisation spécifique des anciens combattants en Afrique du Nord, est accusée de célébrer les accords d’Evian. Il faut une bonne dose de mauvaise foi ou de malhonnêteté intélectuelle pour affirmer ce genre de choses…

La France fait ce qu’elle estime devoir faire avec les accords d’Evian. Ce n’est pas notre crédo. Depuis 1962, la FNACA laisse à chacun de ses adhérents la liberté inaliénable d’avoir leur propre opinion sur l’issue de la guerre d’Algérie.

La France, par la voix du président de la République, fait ce qu’elle croit devoir faire avec l’Algérie indépendante, sans en référer à une association d’anciens combattants !

Au demeurant, « les accords d’Evian » représentent un document de 14 pages publiées au Journal Officiel du 20 mars 1962. Si nous avions voulu les célébrer, nous aurions choisi la date de leur signature par les ministres Robert Buron, Jean De Broglie et Louis Joxe… le 18 mars 1962. Ou bien la date du 8 avril 1962, date du référendum par lequel 90,8% de nos compatriotes les ont approuvés !

La partie qui nous concerne directement dans ce document de 14 pages, c’est la petite demi-page consacrée aux accords de cessez-le-feu, dont l’article 1 stipule : « ils sera mis fin aux opérations militaires sur l’ensemble du territoire algérien le 19 mars 1962 à midi ». Instruction reprise par le Commandant en chef des armées en Algérie, le général Ailleret, dans son télégramme à toutes les unités.

La tradition du monde combattant, auquel nous appartenons, c’est de penser à ses morts, au jour anniversaire de la fin du conflit. Respecté ou pas, il n’y a pas eu d’autre « cessez-le-feu » officiel que celui du 19 mars 1962.

Toute digression sur « les morts d’après » relève de l’enfumage et de la diversion. Personne n’a jamais nié qu’il y ait eu des morts après le 11 novembre 1918 et après le 8 mai 1945.

Après que nous ayons sollicité en vain tous ses prédécesseurs, le président de la République, François Hollande, a décidé de participer personnellement à la Journée Nationale du Souvenir et de Recueillement du 19 mars, au Mémorial de la guerre d’Algérie, quai Branly à Paris. Tant mieux !

Nous ne pouvons que nous en réjouir avec les familles des victimes, la population, les élus qui nous ont toujours soutenus pour que l’Histoire soit respectée et les 320 000 adhérents qui font toujours confiance à la FNACA !

Ainsi les Honneurs seront dignement rendus à la mémoire des 30 000 militaires, dont une majorité d’appelés de 20 ans, tombés sur le sol d’Afrique du Nord dans l’accomplissement de leur Devoir républicain, que ce soit avant ou après le 19 mars.

Nous n’avons jamais demandé davantage…et nous nous y sommes attachés sans écouter les jérémiades hétéroclites, guidées par des préoccupations qui n’ont rien de commun avec le respect des Morts pour la France.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 234 / 580259

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site NON au 19 mars   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License