Comité de liaison (CLAN-R)

Les cimetières d’Algérie-Action de l’A.S.C.A

mardi 22 septembre 2009

Le départ de 1962, dans l’urgence et le danger bien présent, nous a fait abandonner une partie de nous même, qui est resté dans nos villes d’origine. Une partie de notre Histoire, de notre passé, de nos souvenirs affectueux, est resté sur ces dalles de marbre, laissés à l’humanité des nouveaux dirigeants de ce nouveau Pays.

Le temps qui a fait son œuvre, ainsi que la bêtise de certains, a fait surgir le difficile problème de la conservation des cimetières dans la dignité...
Des associations travaillent dans ce but, avec des moyens dérisoirs.

Ainsi l’A.S.C.A, l’Association pour la Sauvegarde des Cimetières d’Algérie, a tenu son Assemblée Générale dont nous reproduisons le compte rendu :

’Assemblée Générale du 24 janvier 2005

"Nous sommes très heureux de vous accueillir pour vous rendre compte de l’action de l’ASCA, de ses souhaits, de ses projets.

Vu l’évolution de la situation en Algérie, le développement de son action et de ses adhérents, l’importance du dossier « Cimetières » depuis le premier voyage du Président de la République en Algérie, il est nécessaire de faire un bref historique de l’ASCA et de ses actions, même si certains adhérents fidèles de longue date le connaissent déjà.

L’ASCA a été crée en 1985 à la suite d’un voyage en Algérie ; voyage d’agrément, c’était le premier « retour » pour la plupart d’entre nous. Pendant ce voyage, chacun a voulu revoir son village, sa maison, son cimetière ; et beaucoup furent alors violemment choqués par ce qu’ils voyaient : cimetières dévastés, crânes alignés sur un mur d’enceinte comme au casse-pipe, cercueils ouverts dans les allées, profanations, croix brisées,

Dès le retour, sous l’impulsion de JP GAVINO, l’ASCA a été fondée. Dès cette époque, buts et moyens d’action étaient fixés :

  • 1 - restauration, sauvegarde et entretien des cimetières d’Algérie.
  • 2 - regroupements et constructions d’ossuaires pour les nécropoles irrécupérables ou détruites.
  • 3 - actions et interventions sans discrimination ni exclusive sur toutes les autorités françaises et algériennes, qu’elles soient administratives, diplomatiques, politiques, religieuses,...L’ASCA ne fait pas et n’a jamais fait de politique : elle s’adresse donc à toutes les autorités légales : Vouloir ne pas s’adresser à certains, c’est faire un choix !!
  • 4 - regroupement dans l’ASCA de personnes physiques et de personnes morales, c’est-à-dire d’Associations. Son expansion fut rapide, avec deux temps forts : organisation d’un voyage de 100 personnes en 1988, de plus de 300 personnes en 1989 sur Alger, Oran et Bône ; l’ASCA a vite compté plus de 1500 adhérents individuels, et plus de 100 associations, regroupant des dizaines de milliers de Pieds-Noirs. Et le 12 février 1993, une réunion de l’ensemble des Associations de Rapatriés, tenue au Sénat devant le Secrétaire d’Etat aux Rapatriés, consacrait l’ASCA comme représentant unique de toutes les Associations pour le problème des Cimetières d’Algérie (photocopie du compte rendu intégral dans le dossier qui vous a été remis).

Mais très vite se déclenchèrent les évènements qui devaient conduire aux « années terribles » comme les appellent les Algériens ; période de malheur pour nos cimetières qui souffrirent encore plus ; mais aussi, il est bon de le dire, années de malheur pour l’Algérie et ses habitants : quel que fût le passé, quelles que soient nos options, nous compatissons aux épreuves de notre pays. Pays perdu certes, mais qui reste NOTRE pays pour beaucoup d’entre nous.

…...(lire la suite en ouvrant le PDF ci-dessous)
PDF - 132.5 ko
A.S.C.A-2005

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2973 / 576856

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Cimetières   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License