Comité de liaison (CLAN-R)

« La fabrique de l’Histoire » et l’identité pieds-noirs

lundi 26 septembre 2011

Le procès nous est fait au passage de cultiver abusivement le mythe du pionnier défricheur. Faut il rappeler l’effroyable coût humain de la colonisation, les résultats spectaculaires obtenus, l’œuvre accomplie, pour justifier la fierté des « colons », au sens large ? Et pourquoi le mythe du pionnier américain, qui fait la fierté de l’Amérique et dont l’aventure est tellement semblable, serait il plus naturel que le notre ?

Il est vrai que la composition sociologique de la population européenne d’Algérie semble ignorée de ces « spécialistes » qui ont affirmé dans l’émission qu’ elle comportait 30% de fonctionnaires, chiffre extravagant et sorti d’un chapeau pour l’occasion, sans doute pour « faire colonial ».

Un des débateurs s’est appliqué à démontrer que la cohésion des Pieds Noirs aujourd’hui en France ne signifie plus grand chose, ce qui après un demi siècle serait bien naturel. C’est vouloir ignorer l’extraordinaire vitalité des rassemblements associatifs périodiques, malgré les effets ravageurs de l’âge et de la dispersion. Il est bon d’avoir noté, portons le au crédit des intervenants, que les revendications émises sont essentiellement et depuis longtemps d’ordre mémoriel et identitaire.

Mais ce qui aurait du être dit est que notre sentiment de solidarité vient aussi de la discrète persécution opérée à notre encontre depuis deux générations, le mensonge officiel sur notre histoire, la censure constante de nos communiqués, le boycott de nos cérémonies, les déclarations insultantes de nos ambassadeurs en Algérie, le truquage des statistiques, le sabotage de nos réalisations mémorielles, le mépris de nos morts, le déni de nos droits , la diffamation entretenue à notre encontre jusque sur les bancs de l’école oû les enfants doivent souffrir d’entendre insulter leurs pères, le barrage médiatique etc.. L’intégration matérielle réussie de ce peuple pieds noirs en France masque ce statut inexprimé de communauté opprimée. Et qui ne veut pas saisir cela n’a rien compris …

L’émission s’est voulu rassurante en abordant, vieux serpent de mer, la question du vote pieds noirs, en affirmant qu’il n’existe pas. Sans doute : cela veut il dire pour autant que ces Français votent comme les autres ? pas sur…. rappelons tout de même qu’à une certaine élection déjà lointaine, la commune la plus pieds noirs de France, Carnoux, avait affiché un résultat unique dans la métropole. Spécificité ?

En fin de débat on a eu droit à la cerise sur le gateau, lorsqu’un des débateurs a paru s’étonner que ces ingrats de Pieds noirs soient unanimes à ne pas reconnaître ce que l’Etat avait fait pour eux ! Avant de tirer le rideau sur ce morceau d’humour noir, rappelons nous que les promesses d’Evian étaient d’abord l’inscription dans la loi d’une juste indemnisation pour ceux qui seraient dépossédés.

Après quoi et quelques années écoulées le président Pompidou déclarait froidement que la loi n’était pas faite pour reconstituer les fortunes… puis, après des versements étalées sur trente ans, un bilan s’établissant à moins de 20% d’indemnisation des patrimoines spoliés. Et des saisies aujourd’hui encore, en violation de la loi, pour des débiteurs en faillite octogénaires …

C’est beau, c’est grand, c’est généreux, la France !

M.Lagrot

Hyères le 23/09/2011


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2257 / 645084

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Points de vue   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License