Comité de liaison (CLAN-R)

Jean-Jean de Belcourt, Mes souvenirs...Albert Camus

mardi 24 novembre 2015

J’évoque ici, les souvenirs picaresques d’un très grand ami, parti cet automne, avec sa connaissance parfaite de son quartier Belcourt, avec ses connaissances illimitées du cyclisme Algérois des années 50, avec son amour sans faille pour son pays. Il a emmené avec lui, tout l’amour de sa famille et de ses amis, et il en avait beaucoup... Je vais publier ici, un de ses souvenirs, paru sur le site d’ES’MMA, qui lui a décerné le titre d’académicien. Je lui ai décerné celui d’Ami...

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Dans les années 57 à 62 j’ai beaucoup fréquenté le studio photo de Monsieur Rolando Auguste à Belcourt. J’y allais pratiquement matin et soir, et nous passions d’agréables moments à discuter photo.

A cette époque j’ai eu l’occasion de rencontrer un grand ami de Monsieur Auguste, qui n’était autre que le Grand Monsieur Albert Camus, dont la maman vivait en face du studio au 94 de la rue de Lyon à Belcourt.

A chacune des visites que Monsieur Camus faisait à sa maman, il venait saluer son ami Auguste, et le rituel était toujours le même : ils sortaient du studio et rentraient dans le Bar Royal qui était à coté du Studio. Là, ils s’installaient au fond du Bar, commandaient deux cafés, et le régal pour moi était d’écouter leurs souvenirs d’enfance.

En premier c’était leurs années à l’école Aumerat, puis les parties de foot sur la place du marché de la rue de l’Union, avec un "ballon" fait avec des chiffons et de la ficelle, puis les parties de baignades dans la fontaine de la place Jeanne d’Arc, et aux sablettes, plage qui se trouvait en face le Jardin d’Essai. Vous ignorez tous qu’un jour en plongeant du haut d’un rocher, Monsieur Camus a fait une belle "pancha" et a perdu son caleçon de bain, qui n’était rien d’autre que son slip. Et à chaque visite de nouveaux souvenirs remontaient.

Il fallait les voir rire, ils en avaient les larmes aux yeux, il y a même des choses que je n’ose même pas vous raconter, mais vous pouvez me croire que c’étaient tous des drôles de loustics.

Voilà comment grâce à Monsieur Auguste j’ai approché un Grand Monsieur, mondialement connu, mais d’une simplicité extrême.

Jeanjean de Belcourt


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 359 / 597084

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 4- Aspects de la période Française en Algérie  Suivre la vie du site 4.5 Personnalités   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License