Comité de liaison (CLAN-R)

Grégor MATHIAS : Les Sections administratives spécilisées en Algérie entre idéal et réalité (1955-1962)

mardi 6 septembre 2011

Résumé

Les Sections Administratives spécialisées (SAS) ont été un acteur largement méconnu de la guerre d’Algérie. Or ils sont au cœur de la politique d’intégration de l’Algérie à la France. En 1960, 700 SAS quadrillent entièrement le territoire algérien dans le but de construire des infrastructures, de soigner la population, de scolariser les enfants et de rétablir l’ordre. En cela les SAS s’intègrent dans la grande tradition des Bureaux arabes de l’Algérie (1833-1870) et des Affaires indigènes (1926-1955).

C’est à J.Soustelle, gouverneur général de l’Algérie que revient l’initiative de la création des SAS. J.Soustelle constate rapidement la sous-administration des campagnes, l’absence de renseignement, et l’échec des grandes opérations militaires contre l’ALN. Après avoir lancé une opération pilote dans les Aurès sous la direction du général Parlange, J. Soustelle décide de créer les SAS en septembre 1955.

Qui a été à l’origine de l’idée ? On peut émettre l’hypothèse d’une convergence d’influences : Son expérience au BCRA (service de renseignement et d’action de la France Libre), son métier d’ethnologue au Mexique (importance de la connaissance et de l’écoute de la population) et son observation de l’application de la politique de l’indigénisme par le gouvernement mexicain (scolarisation et médicalisation des indiens). Mais aussi l’influence de personnalités de son entourage ayant l’expérience de la guerre d’Indochine (général Constans), des Affaires indigènes (commandant Monteil, général Parlange), et de l’administration (M. Vrolyck).

Une SAS est une structure administrative à la fois civile et militaire. Elle est dirigée par un officier qui commande un maghzen d’une trentaine de moghaznis (ou de harkis) assurant la sécurité de la circonscription de la SAS. L’officier SAS dispose d’un sous-officier pour l’assister et d’attachés civils : Un comptable, un radio, une infirmière. A cette structure se rattache également un médecin, un instituteur et un moniteur sportif détachés par la compagnie militaire située à proximité de la SAS. Dans les faits, les effectifs civils et militaires de la SAS varient en fonction des besoins de la population, de l’étendue du territoire de la SAS (parfois aussi grande qu’un département), de l’isolement et de l’insécurité du secteur. Une SAS s’occupe d’un territoire rural pouvant contenir 2000 à 20.000 habitants dispersés dans des villages ou résidant dans des camps de regroupement.

Pour lire la suite.../..., et utilisez la fonction "Plein écran"


PDF - 178.5 ko
Grégor MATHIAS

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 975 / 573455

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire et mémoires  Suivre la vie du site 3- La guerre d’Algérie 1954 1962 (Grands évènements (...)  Suivre la vie du site 3.3 Les S.A.S- Les E.M.S.I   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License