Comité de liaison (CLAN-R)

GERARD ROSENZWEIG : Algérianisme

samedi 6 mars 2010

Ce nom générique est celui d’ un mouvement intellectuel et culturel qui est né à Alger, au sein de la communauté française, et dans la première moitié du vingtième siècle.

Algérie. Ce nom devait connaître un riche et multiple destin. Assez rapidement, sa population civile d’ origine française et européenne commença de s’ étoffer par de modérés et réguliers apports extérieurs. Mais surtout lorsque quelques décennies après 1830 le nombre de ses naissances commença significativement de s’ élever, il se manifesta une progressive et discrète prise de conscience que l’ on pourrait aujourd’ hui qualifier d’ identitaire.

Si le "Qui étions-nous"’ n’ était pas un problème, le "Qui sommes-nous ?" devenait chaque jour plus préoccupant.

Du nom "Algérie" découla le vocable "Algérien".

... Ainsi se désignèrent eux-mêmes les habitants européens de ce nouveau pays. Français d’origine, Français par naturalisation, et maintenant Français de souche, ils engageaient sans le savoir la première quête, la première réflexion sur leur destin de Français d’ Algérie. Ce terme d’ Algérien n’ avait cependant aucune connotation politique, se déduisant simplement d’ une réalité géographique. Dès lors que se tournait définitivement une page personnelle souvent difficile et parfois douloureuse, et qu’ il y avait une vie à y construire, on se revendiqua Algériens en Algérie comme Alsaciens en Alsace.

Cette population se percevant comme profondément française, se concevait cependant et paradoxalement comme nouvelle, et presque sans passé. Il eut été difficile de faire plus contradictoire.

Ces nouveaux provinciaux étaient donc clairement Français. Tout en se ressentant Algériens. Car c’est ce terme optimiste et profondément révolutionnaire qui réunissait anciens Espagnols, anciens Italiens siciliens et sardes, anciens Maltais, Grecs et Levantins parfois, à l’ important groupe des Français de France. Sans oublier aussi et surtout l’ importante communauté israélite. Ses membres vivaient sur ce territoire depuis plusieurs siècles dans un difficile statut fait de soumission et d’infériorité.

Leur apport culturel et humain se révéla très rapidement d’ une immense et profonde qualité. Ils acquirent collectivement la qualité de citoyens français par le décret Crémieux en 1870. ................

C’ est ainsi qu’ au fil des décennies, cette société nouvelle ayant progressivement assuré ses nécessités vitales commença de voir apparaître les premiers fruits de son dynamisme et de sa vitalité. Elle se découvrit alors un nouveau besoin et un nouveau champ d’ action : le domaine culturel. Là aussi, tout était à découvrir, à imaginer et à inventer, particulièrement en matière de peinture et surtout de littérature.Le monde de l’ Art. Jusque là et sans partage, y avait régné l’esprit orientaliste. ................

Texte intégral en PDF, page 3

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2421 / 580253

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Commission Histoire et Réalité des Faits  Suivre la vie du site TEXTES  Suivre la vie du site 4- LES EUROPEENS D’ALGERIE (PIEDS-NOIRS). LA VIE (...)  Suivre la vie du site 4.2 La Culture pieds-Noirs   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License