Comité de liaison (CLAN-R)

Rue Frantz Fanon. Lettre du secrétaire général du Clan-R

samedi 9 février 2019

Monsieur le Maire ,

On ne peut qu’être fortement indigné par cette décision irresponsable et bien peu respectueuse de la tragédie qu’ont vécue des centaines de milliers de Français établis souvent depuis plusieurs générations en Algérie française , les mitaires venus combattre pour la France ou les fidèles soldats arabo-berbères que furent les Harkis.

- Combien y a t il de rues à Bordeaux qui rendent hommage aux victimes du terrorisme FLN qui fit des dizaines de milliers de victimes civiles innoncentes et désarmées ; évidemment désarmées quand il s’agit de femmes , d’enfants, d’écoliers, de viellards ou d’hommes allant ou revenant de leur travail dans des départements français , sauvagement assassinés, ou d’ anciens Harkis abandonnés avec leurs familles après le 19 mars 1962, ou à des militaires qui ont donné leur vie dans le cadre de leur engagement au service de la France ou lors de leur appel sous les drapeaux ?

- Y-a-t- il beaucoup de rues rendant hommage à de grands médecins qui ont "servi" en Algérie comme les docteurs François Clement Maillot et Louis Alphonse Laveran ( prix Nobel 1907) , les médecins de l’ Institut Pasteur d’Alger ( crée en 1894, le premier en Outremer ... ) comme Edmond et Etienne Sergent et d’autres,

- les Bordelais connaissent-t-ils le Docteur Renée Antoine qui fut une "missionaire" de l’ Ophtalmologie en Algérie et qui sauva beaucoup d’arabo-berbères du Sahara de la cécité ? Je ne vous ferais pas l’injure de vous poser la même question.

- Si je ne m’abuse Bordeaux fut la ville d’une des rares grandes écoles de santé militaire ( comme ma ville natale de Lyon ),

- Y a-t- il une ou des plaques de rue qui rapellent la mort (ils ont été assassinés par le FLN dans l’excercice de la médecine) de dizaines de médecins militaires (et infirmières ) pendant la guerre d Algérie entre 1954 et 1962 ?

Ne croyez-vous pas que la jeunesse, nos compatriotes moins jeunes de Bordeaux ou les nombreux visiteurs de votre ville mériteraient plutôt de connaitre à travers des plaques de rue les destins exemplaires de Français plus humanistes et plus conformes à nos valeurs ? Traditionnellement ces plaques de rue, comme vous le savez, sont des "véhicules " de mémoire .

C’est celle de Franz Fanon que vous avez choisi de promouvoir comme exemple ? Peut être que les élus de votre ville ne connaissaient pas les "convictions " criminelles de cet homme (que rapelle le Président Thierry Rolando dans son communiqué que je joins à ce message ) ou son "engagement " au sein du FLN ? La méconnaissance de l’histoire hélas fait beaucoup de ravages depuis quelque temps dans notre pays.

On peut considérer que cette décision rendant un hommage incongru à un tel homme est indirectement un hommage à des terroristes, ce qui n’était certainement pas dans l’intention de la Mairie de Bordeaux.

De plus dans le contexte actuel, un homme d’Etat tel que vous doit bien comprendre que le nom de cette rue ne peut qu’aller à l’encontre de l’apaisementl que nous souhaitons tous et du chemin vers une " identité heureuse" si chère à votre coeur.

Cette malheureuse initiative va être connue de beaucoup de Français sensibles à la mémoire de nos compatriotes qui sont nés là-bas ou qui ont combattu pour la France.

Cette décision est-elle irreversible ? Souhaitons que ce ne soit pas le cas.

Avec les respects qui devraient être dus au Maire d’une ville comme Bordeaux et à un ancien grand serviteur de l’ Etat ( entre autre Premier ministre et ministre de la Défense )

Gilles Bonnier

Secrétaire Général

Comité de Liaison des Associations Nationales de Rapatriés


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 16 / 575223

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Pouvoirs Publics  Suivre la vie du site Courriers adressés aux Pouvoirs Publics   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License